demissão

demissão

sábado, 13 de março de 2010

Jean Ferrat est mort.


Le chanteur Jean Ferrat est mort




La chanson française a perdu l'un de ses plus grands maîtres. Jean Ferrat est décédé samedi à l'âge de 79 ans. L'information a été confirmée ce samedi par la gendarmerie d'Aubenas en Ardèche, département où résidait le chanteur, à Antraigues. Chanteur et parolier engagé, Jean Ferrat est mort à l'hôpital d'Aubenas où il était hospitalisé depuis quelques jours.


Sa carrière en vidéo
Il n'était tendre ni avec Sarkozy ni avec Royal
Emotion et grande tristesse sur le web
Jean Ferrat a commencé sa carrière musicale au milieu des années 1950. Auteur de chansons inoubliables comme «La montagne», «Que serais-je sans toi ?» ou «La femme est l'avenir de l'homme», Ferrat s'était rendu célèbre notamment par l'interprétation de poèmes d'Aragon qu'il avait à nouveau adaptés en 1995.

Un chanteur engagé qui chantait comme on s'insurge

Né Jean Tenenbaum le 26 décembre 1930 à Vaucresson, le petit Jean s'est d'abord appelé Laroche puis Jean Ferrat. Il perd son père à 11 ans, déporté à Auschwitz. Enfant, il est sauvé grâce à des militants communistes, ce qu'il n'oubliera jamais. Elève au Collège Jules Ferry de Versailles, il fut contraint d'interrompre ses études et entre dans un laboratoire de chimie du bâtiment. Tout en faisant du théâtre amateur et de la guitare de jazz, il a commencé sa carrière en chantant pour ses amis les chansons de Prévert et le répertoire de Montand. C'est alors qu'il compose ses premières mélodies.

En 1963, il avait composé une chanson sur la déportation intitulée «Nuit et brouillard» qui fut, un temps, «déconseillée» par les radios, mais pas par le public. Un soir sur Europe 1, la chanson était devenu «Chanson plébiscitée par les auditeurs». Un épisode de sa carrière à l'image de toute une vie d'artiste, engagé et humaniste, célèbre pour ses mélodies, mais aussi ses coups de gueule notamment contre l'industrie du disque. Il critiquait tout particulièrement le faible nombre d'artistes francophones diffusés sur les radios et ce malgré les quotas. «Oui, je suis un peu le José Bové de la variété», expliquait-il dans une interview à l'Express en 2003.

Compagnon de route du parti communiste, mais jamais encarté

Compagnon de route du parti communiste - sans pour autant avoir eu sa carte au PCF - il n'a pas hésité à critiqué l'URSS mais est toujours resté fidèle à son engagement à gauche. Lauréat du prix de l'académie Charles Cros en 1963 et du grand prix de la chanson de la SACEM en 1994, Ferrat avait apporté son soutien à la liste présentée aux élections régionales par le Front de Gauche en Ardèche.

Dans une interview à notre journal en 2007, il expliquait ses rapports au communisme : «J’ai toujours eu des rapports d’amitié avec les communistes, c’est vrai. Mais je ne me suis jamais empêché de les critiquer, y compris dans mes chansons.»  (Le Parisien)

3 comentários:

Anónimo disse...

Chocar-me-ei eternamente. Mas para que a Memória não esqueça é importante lembrar.

lunar

Em@ disse...

Não sabia da morte do Serrat. Este video já conhecia e acho que devemos passá-lo muitas vezes para que a Memória fraca de alguns não o apague de vez perante o comodismo de outros. Só não o posto hoje porque já fiz demasiados posts com " obituários". Fica para amanhã ou depois.
Obrigada,anyway.

Em@ disse...

*...Ferrat.
Sorry!